Histoire de l’Etna

Histoire de l’Etna

«Etna fumeux, colonne du ciel, éternelle nourrice de la neige scintillante, dont les moindres recoins donnent naissance à des sources très pures d’un horrible feu» – Avec ces vers, Pindaro, au Vème siècle avant J.-C., exprimait son admiration et son profond respect envers cet insondable phénomène de la nature que représente le mont Etna.

Les termes utilisés par Pindaro décrivent l’Etna comme le siège de mystérieux phénomènes telluriques, mais également comme une montagne grandiose et dominante. «A muntagna» par excellence dans l’imaginaire des Siciliens qui vivent sur ses pentes riches, souvent inconscients d’une beauté qui n’a que très peu d’égaux. Spectateurs des caprices volcaniques de cette extravagante dame de jadis, toujours encline à nous montrer les jaillissements fantasmagoriques de son esprit vital. Un volcan au féminin, une métaphore tangible et changeante de la féminité de notre planète. La montagne Etna a pendant des siècles généreusement fourni aux habitants de grandes possibilités de développement et de travail : ses jardins, ses vignobles, ses bois et ses glacières ont constitué une richesse multiforme et une contribution inégalable à la culture originale du territoire qui se manifeste dans chaque recoin du paysage etnéen.

Comme les paroles poétiques de Pindaro nous le rappellent, l’Etna est également le lieu mystérieux dont les moindres recoins donnent naissance à des sources menaçantes et très pures d’un feu horrible.

Le feu que Pindaro a tellement vénéré et respecté sort des anfractuosités obscures pour devenir, parfois, une menace concrète. Les destructions des champs, des villages ou de la ville par les coulées de lave en éruption qui durent des mois ou des années sont un trait typique et répétitif de notre «Muntagna». Parmi les derniers épisodes les plus importants, nommons l’éruption de 1669 des monts Rossi qui détruisit plus de deux tiers de la ville de Catanie, l’éruption de 1928 qui engloutit entièrement le village de Mascali ou les activités éruptives de ces trente dernières années qui, à plusieurs reprises, ont enfoui des vignobles et des bois et menacé différentes bourgades.

La fascination du géant etnéen n’a pas seulement touché Pindaro. De nombreux auteurs de l’époque classique se sont interrogés sur la nature de cet exceptionnel objet géologique et ils ont recherché une explication aux phénomènes volcaniques. Parmi tant d’autres, nommons la contribution d’un savant éclairé et polyédrique sicilien: Carlo Gemmellaro. Par ses observations systématiques sur les produits et les aspects morphologiques de l’Etna, Gemmellaro subdivisa les produits etnéens en deux grandes unités correspondant à deux axes éruptifs: «l’axe pyroxénique» et «l’axe feldspathique», jetant ainsi les fondements des hypothèses modernes sur la genèse et sur l’évolution des magmas. Outre ses observations quotidiennes, il établit un premier «monitorage» systématique de l’activité volcanique avec les premières distinctions des caractères éruptifs.

Plus récemment, l’Etna a rappelé des chercheurs du monde entier, attirés par l’importance des phénomènes volcaniques, mais également par la facilité avec laquelle ils peuvent rejoindre les bouches éruptives des éruptions latérales et les cratères sommitaux en activité permanente. À partir des années 60 et 70, la présence des chercheurs a considérablement progressé, provenant de différentes universités et centres de recherches européens. Les chercheurs qui viennent aujourd’hui du monde entier relèvent, sondent et analysent les roches et les gaz produits en permanence par le volcan etnéen qui est devenu un laboratoire naturel et pour de nombreux auteurs, une école précieuse où développer et expérimenter de nouvelles idées. Parallèlement au nombre croissant de chercheurs, les modèles qui tentent d’expliquer l’évolution pétrologique, géologique et morphologique du volcan etnéen se sont elles aussi multipliées. Ces vues ne convergent pas toujours et souvent, il existe des discordances ou des divergences considérables entre les chercheurs provenant d’écoles de pensée différentes, certains points se sont tout de même rejoints au fil du temps dans la compréhension de la signification et du développement du volcan.

Les débuts, la période tholéitique

Les débuts, la période tholéitique

Le volcan etnéen se situe dans une région complexe d’un point de vue géologique. Le cadre géodynamique est dominé par la subdivision de l’avant-pays africain et de la croûte océanique ionique située sous la chaîne apennine. Selon une vision classique et pour le moins...

lire plus
La croissance, la période alcaline

La croissance, la période alcaline

Le mont Etna a grandi à travers une succession d’édifices volcaniques. Chacun de ces appareils constituait un véritable volcan qui naissait, qui grandissait au cours des dizaines ou des centaines d’éruptions, qui terminait ses activités et qui était érodé et détruit...

lire plus
La période moderne et actuelle

La période moderne et actuelle

Les produits répandus après la formation de la caldeira du Piano pourraient constituer le «Mongibello moderne» et comprendre entre autre les coulées historiques de la région etnéenne et naturellement, les actuels cratères sommitaux. Dans les produits du Mongibello, il...

lire plus
Origines de la Vallée del Bove

Origines de la Vallée del Bove

Le première impression que l’on a de l’Etna depuis un avion ou en observant sa maquette à l’échelle, c’est qu'il manque un large morceau, voire un versant entier, sur le parfait cône volcanique, comme si une grande pelle à tarte avait arraché le flanc oriental de...

lire plus